sorties

Alad’2 : Déconnez pas, ce n’est pas si mauvais que ça

21 octobre 2018

Défoncé par les critiques, Alad’2 est décrit comme le pire film de l’année. Excellent casting mais mauvais scénario, très mauvais jeu d’acteur, humour plus que lourd, pire que le premier, etc. Bref, selon les critiques c’est la catastrophe. Mais était-ce si mauvais ? Clairement non. 

On est d’accord que si vous êtes capables de lire ces lignes, vous allez sûrement être du même avis que les critiques, sauf que si vous êtes capables de lire ces lignes, vous ne faites pas partie du public cible. Alad’2 est à regarder avec l’âme d’un enfant de dix ans.

Dans ce volet des nouvelles aventures d’Aladin, le dictateur Shah Zaman (Jamel Debouzze) se pointe à Bagdad pour épouser la go d’Aladin. Celui-ci pas très content, part à la recherche de son génie (Eric Judor) afin qu’il l’aide à se débarrasser de Shah pour récupérer sa douce (bon, ok il n’y a pas beaucoup de recherche).

Jamel en forme

Petite anecdote, si Jamel a accepté le rôle de Shah Zaman c’est grâce (ou à cause) de son fils, Léon, fan du premier volet et surtout de Kev Adams. L’occasion pour Jamel de revenir aux sources. Le lieu de tournage d’Alad’2 est le même que celui d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre et ça se ressent. Durant toute la durée du film, Jamel a fait une compilation de tout ce qu’il savait faire : de son accent inimitable aux jeux de mots. Retrouver la team de H lui a également fait un bien fou, comme en témoigne cette vidéo.

Des clins d’oeil à l’actu 

On ne va pas vous spoiler les meilleures parties du film mais ça vaut la peine d’être souligné. De nombreux big up à l’actu parsèment les dialogues et font sourire un public plus adulte. Big up qu’un enfant de dix ans ne peut pas forcément comprendre

En bref, ne dépensez pas 10 balles dans une place de ciné, après ce n’est pas une raison pour boycotter le film. Si vous avez envie d’une petite comédie pépère sans prise de tête, foncez !