raquette

Roland-Garros 2021: Et si ce n’était pas Nadal qui gagnait cette fois ?

29 mai 2021

Roland-Garros, c’est parti ! Bon, on va pas vous faire un dessin, Nadal est toujours un des gros favoris du tournoi. Mais à part lui et un certain Djokovic, trois autres joueurs sont souvent cités comme des prétendants au titre : Thiem déjà éliminé, Zverev et surtout Tsitsipas, auteur d’une grosse saison sur terre battue. Mais est-il déjà capable, à 22 ans, de ramener la coupe à la maison ?

Cette année, le tirage de Roland-Garros a été assez curieux en rassemblant pour la première fois Nadal, Djoko et Federer dans une même moitié de tableau. Si ces trois monstres auront bien des joueurs de la next gen comme Sinner, Berrettini ou Rublev dans leur route vers la finale, les joueurs les plus avancés de cette nouvelle génération, Zverev, Tsistsipas, Thiem et Medvedev se retrouvent assez épargnés dans leur partie de tableau. Pour les trois premiers (disons que Medvedev est allergique à la terre battue), l’objectif est d’arriver en finale, surtout pour un Tsitsipas qui est le seul de la liste à n’avoir jamais atteint cette étape de grand chelem. Alors, jouable ?

Tsitsipas s’est révélé en atteignant les demi-finales du tournoi…d’Anvers en 2017, éliminant David Goffin au passage

Stefanos en confiance

Sur ce que Tsitsipas nous a montré cette saison, surtout sur terre, avec deux titres (Monte-Carlo et Lyon) mais aussi une finale serrée à Barcelone contre Nadal et un match d’anthologie à Rome contre Djoko, on a grave envie d’y croire, le jeu est en place. En plus, chaque saison, il va plus loin dans le tournoi (premier tour en 2017, puis deuxième, huitième de finale et demi l’année passée). Le seul doute, c’est sa capacité à rester constant au meilleur des cinq sets, notamment dans les points qui compte. Il a réussi à le faire contre Rafa à l’Australian Open (victoire en remontant deux sets de retard), ça lui a coûté deux fois le match contre Djoko, à Rome et à Roland l’année dernière. Cette édition sera un bon indicateur de ses progrès en la matière.

En plus de son compte Instagram principal, Tsitsipas a également lancé un autre compte où il exprime sa passion de la photo et des voyages (Crédits Photo : stevethehawk)

La mort ou le Tsitsi ?

En plus, le gars est salement kiffant à voir jouer. Son style un peu rétro avec ses cheveux longs coiffés d’un bandana, son revers à une main et sa volonté de monter au filet, un pur régal. Le Grec profite d’autant plus de chaque instant passés sur le terrain après avoir failli mourir à l’âge de 17 ans. Ce n’est que de toute justesse que son père Apostolos (aujourd’hui son coach) le sauve de la noyade alors qu’il se baignait dans la Méditerranée. Une grosse frayeur qui a changé sa manière de voir les choses.

« Je n’ai plus peur sur un terrain »

Tsitsipas dans une interview pour l’ATP.

De quoi nous promettre des sales matchs pour ce Roland-Garros. Ca tombe plutôt bien, puisque le public sera de plus en plus nombreux. Le taux d’occupation maximal des stades passera de 35% pour la première semaine à 65 % pour la deuxième. Le tournoi sera aussi un crève-cœur  pour les étudiants en exam, mais ça, ça change pas.