tennis

Masters : La next gen définitivement au pouvoir ?

25 novembre 2020

Malgré l’année chamboulée par le Covid, le Masters de Londres a une nouvelle fois permis aux huit meilleurs joueurs mondiaux d’en découdre entre eux une dernière fois avant la saison prochaine. Et quand on dit « meilleurs », on pense souvent à Djokovic et Nadal. La finale entre les deux était d’ailleurs attendue, pourtant, elle a opposé les deux hommes qui les ont battu en demi : Thiem et Medvedev. Passation de pouvoir en cours ?

2020, année charnière ?

En général, quand on parle de next gen, de nouvelle génération, les joueurs en question ont à peine la vingtaine, si pas moins. Dans ce cas-ci, Thiem et Medvedev ont déjà respectivement 27 et 24 piges. Ça situe mieux la performance incroyable de Nadal, Djokovic et Federer de rester au sommet pendant si longtemps : des jeunes font genre de vouloir les tej’ et quand ces joueurs semblent à peine commencer à pouvoir les battre, ils sont déjà à la moitié de leur carrière.

« Le confinement rebattra les cartes, avec cela c’est sûr, il y aura un nouveau vainqueur en grand chelem ». La déclaration d’Alexander Zverev s’est avérée juste avec le sacre de Thiem à l’US Open. Et pour les haters qui lui répondaient que Nadal ne disputait pas le tournoi et que Djoko s’est fait bêtement disqualifier, Thiem et Medvedev ont répliqué lors de ce Masters en battant chacun Djokovic ET Nadal (exploit rarissime). Le bilan de 2020 est particulièrement impressionnant pour l’Autrichien : son ratio victoires/défaites de 2020 est positif, que ça soit contre Nadal (3-2), Djokovic (3-1) ou Federer (3-0) en remontant jusqu’en 2019.

Daniil Medvedev a réussi l’incroyable performance de battre les trois premiers joueurs mondiaux lors du même tournoi.

Maintenant, place à la confirmation

Mais attention, n’enterrons pas ces grands champions pour autant. Car leurs récentes défaites au Master l’étaient en deux sets gagnants. Les battre au meilleur des cinq sets, un format où ils sont encore plus durs à battre, est encore une sacrée étape à franchir. Thiem en est le meilleur exemple : lors de la finale de l’Australian Open, en début d’année, il semblait au dessus de Djoko mais le Serbe s’est malgré tout montré le plus constant dans les moments cruciaux pour s’imposer en cinq sets. Même chose en finale de l’US Open où Thiem, même s’il a fini par s’imposer face à Zverev, a connu des moments où il flanchait méchamment. Voir à quel point ces deux joueurs avaient mouillé au moment de conclure rend encore plus exceptionnel le fait de gagner 20 grands chelems.

40/51

C’est le nombre de grands chelems gagné par Federer, Nadal et Djokovic depuis 2004. La victoire de Thiem à l’US Open est donc un exploit

2020 était donc annoncée comme l’année de la vraie confrontation des ténors à la next gen, 2021 doit être l’année de confirmation, à commencer par l’Open d’Australie qui se tiendra normalement fin janvier, même si les doutes sont nombreux, notamment sur la quarantaine de deux semaines que les joueurs devraient respecter à leur arrivée.